Le soutien familial et l’aide à la scolarisation


Les parrainages individuels entrent, pour LIBAMI, dans le cadre du soutien familial.

397 enfants ont été parrainés pour l’année scolaire 2017/2018, dont 114 individuellement  par LIBAMI Cholet (108 enfants en 2016/2017).

Les autres sources de parrainages étant les A.E.M ( 40% ), des parrains libanais , ou d’autres pays (Suisse, Italie).

Le parrainage est individualisé, mais c’est l’ensemble de la fratrie qui en bénéficie.

Les assistantes sociales suivent ces familles, avec au minimum 1 visite par mois à domicile. En cas d’urgence, ces visites sont multipliées.

Chaque mois, les mères de famille viennent à LIBAMI toucher leur aide financière, voir un complément financier ou matériel. Elles présentent alors les justificatifs des dépenses engagées (scolarité, médicaments, etc.).

LIBAMI a su faire fonctionner parfaitement cette notion de « parrainage individuel ». La relation enfant / parrain est très forte, fréquente et parfaitement bien suivie en France comme au Liban.

 

  • La Scolarité

Aucune école n’est gratuite au Liban, et les coûts de la scolarité sont démesurés par rapport aux revenus des familles de ce quartier.

Chaque année, LIBAMI accorde des aides ponctuelles à certaines familles, pour les aider à prendre en charge, même partiellement, les frais

d’inscription et de fournitures scolaires.

480 enfants ont bénéficié de cette aide scolaire pour l’année 2016/2017 et actuellement, en 2018,  503 enfants y ont recours.

Plus de 383 familles sont prises en charge par LIBAMI Beyrouth, suivies par les assistantes sociales, qui négocient également, avec les écoles, les frais de scolarisation

afin de bénéficier de « tarif de groupe ».

Sans ce minimum d’aide, on peut considérer que tous ces enfants seraient dans la rue, au lieu d’aller à l’école.

 

Pour cela, cette action ponctuelle est d’une redoutable efficience et efficacité.

 

  • Critères de sélection des familles et enfants

Pour bénéficier de ces services, une famille doit répondre à plusieurs critères stricts (famille nombreuse, situation d’extrême besoin, volontarisme, etc.).

La plupart de ces familles se retrouvent sans ressource, ou bien avec un salaire partiel, dans un logement le plus souvent insalubre (1 pièce + cuisine pour 4 à 5 personnes), situé dans les caves ou sur les terrasses d’immeubles. Un loyer mensuel équivaut à 155 €, soit pratiquement le salaire minimum mensuel. Elles n’ont pas de sécurité sociale et ne peuvent que difficilement bénéficier des services de santé payants.

Les frais de scolarité (inscription + fournitures) sont exorbitants par rapport à leurs moyens

Primaire : 800 €/an dans le semi publique, 1200 à 2200 € dans le privé.

Collège : 1500 à 2500 € dans le privé.

Lycée : 1700 à 2700 € / an dans le privé.

Les frais d’inscription dans les écoles primaires publiques sont désormais financés par l’Arabie Saoudite; reste à la charge des parents les livres et le costume.

A noter que les familles sont originaires de toutes confessions religieuses ou communautés.

En 2017 LIBAMI a soutenu 370 familles, soit  555 enfants, dont 503 au niveau de leur scolarité.